Generic placeholder image

· Abstract ·

BACKGROUND: Mental illness is already taboo in the world. It can explain why schizophrenia is still relatively unknown to the general public although it affects 0.7% of the world population. The relationship between prejudices about schizophrenia and people's demographic data remain unclear.

OBJECTIVES: We chose to study the links between prejudices people can have and people's demographic data. Furthermore we want to highlight that the prejudices and the lack of knowledge about schizophrenia are inscribed in minds. However, people are increasingly inclined to know more about the disease.

METHODS: We conducted open interviews, which allowed us to create a questionnaire we circulated on the net via a social network. We then did a data analysis through R© software.

RESULTS: There are prejudices about schizophrenia. Yet, the vision of schizophrenics is less caricatural than we thought. Knowing a schizophrenic, having taken lessons about schizophrenia and living in urban areas decrease significantly the number and the intensity of prejudices.

CONLUSIONS: Prejudices are still manifold, and despite the desire of people to learn about the disease, nothing seems to be set up in order to make schizophrenia known. Indeed, data analysis and interpretation confirms that people are open to find out about the disease, its causes and its consequences on patients' lives.

Rapide état de l'art :

Nous avons trouvé peu d'articles et d'informations concernant la perception sociale de la schizophrénie, des préjugés qu'elle peut véhiculer et de la connaissance générale que la population en a. D'après nos observations, et les discussions que nous pouvons avoir au quotidien avec des personnes de notre entourgae, la schizophrénie est une maladie très peu connue, et surtout entâchée d'idées fausses, de croyances erronées qui font que les patients sont stigmatisés et parfois rejetés. Ci-dessous vous sont présentés les deux articles qui ont confirmé notre idée première et qui nous ont encouragé à mener notre propre étude.

  • Évaluation des croyances et des attitudes d’une population tunisienne de proches de patients atteints de schizophrénie

    Article complet

  • S. Bouhlel et al. ont mené en Tunisie, une série d’interviews à l’aide d’un questionnaire semi-structuré chez les proches de patients atteints de schizophrénie. Ils ont ainsi montré que la maladie est relativement mal connue en Tunisie (par exemple 76,9% des interrogés attribuait une cause religieuse et 47.3% une cause magique à la schizophrénie).
  • Les perceptions populaires et la stigmatisation envers les personnes atteintes de schizophrénie, de dépression et d'anxiété

    Article complet

  • Lisa Wood et al. ont examiné l’existence de divers préjugés à propos de la schizophrénie, de la dépression et de l’anxiété. Ils ont ainsi démontré par exemple que pour 63% des personnes interrogées, les personnes atteintes de schizophrénie sont dangereuses pour les autres.